19 septembre 2022

Comment lutter contre la précarité énergétique ? Dorémi vous explique

les personnes âgées sont les plus vulnérables face au froid en hiver dans un logement mal isolé

Selon l’ONPE (Observatoire national de la précarité énergétique), 1 personne sur 5 affirme avoir eu froid chez elle durant l’hiver 2021 malgré le chauffage, et la précarité énergétique toucherait près de 12 millions de personnes en France. Mais comment la qualifier ? Quels maux derrières ce terme, et quelles conséquences pour les personnes concernées ? 

Tour d’horizon des causes, impacts sociaux et environnementaux de ce fléau et des solutions existantes.

 

Sommaire de l'article

La précarité énergétique, c'est quoi au juste ?

Comment mesurer la précarité énergétique ? Les indicateurs de l’ONPE

Mais alors, qui est concerné par la précarité énergétique ?

Quelles sont les causes de la précarité énergétique ?

Des conséquences sociales et environnementales désastreuses

Des aides financières insuffisantes et mal fléchées

Comment lutter efficacement contre la précarité énergétique ?

Une journée nationale de lutte décrétée le 24 novembre 2022

 

La précarité énergétique en France, un fléau bien installé

Le concept de précarité énergétique a émergé lentement en France depuis une vingtaine d’années, mais qu’en est-il réellement ? Derrière ce concept un peu abstrait se cache une réalité frappante aux multiples facettes pour des millions de français. 

 

La précarité énergétique, c’est quoi au juste ? 

D’après la définition inscrite dans loi Grenelle2 de 2010, la précarité énergétique est qualifiée ainsi :  “Est en situation de précarité énergétique au titre de la présente loi une personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’habitat”.  

 

Comment mesurer la précarité énergétique ? Les indicateurs de l’ONPE

Une fois de plus, c’est ONPE qui s’appuie sur un ensemble d’indicateurs pour mesurer la précarité énergétique en France. On distingue 3 méthodes de mesure différentes, mais complémentaires :

Le taux d’effort énergétique (TEE) : peut-être considéré en précarité énergétique toute personne ou foyer qui consacre plus de 10% de ses revenus aux dépenses énergétiques

L’indicateur bas revenus, dépenses élevées (BRDE) : une double condition s’applique pour cet indicateur pour être considéré en précarité énergétique. Les revenus du foyer doivent être inférieurs au seuil de pauvreté et des dépenses énergétiques élevées (au regard de la taille de leur logement et de la composition de leur foyer)

Le ressenti du froid dans le logement (IRF) : plus subjectif, il reste cependant un indicateur central dans la mesure de la précarité énergétique. 

photo d’une façade de maison non rénovée en situation de précarité énergétique

L’État fournit pourtant de nombreux efforts pour aider les plus fragiles à sortir de cette précarité énergétique mais force est de constater que les politiques mises en place comme par exemple les tarifs sociaux de l’électricité et du gaz naturel (2004), le chèque énergie (2018) ou encore les aides à la rénovation énergétique (Crédit d’impôt, MaPrimeRenov’...) ne sont pas suffisantes dans de nombreux cas

 

Mais alors, qui est concerné par la précarité énergétique ? 

Pour aller plus loin que cette simple définition, il faut se pencher du côté des données récoltées en 2016 par l’ONPE. Ainsi, le taux d’effort énergétique (TEE), est un indicateur qui pointe une situation de précarité énergétique pour tout foyer qui dépense plus de 10% de ses revenus dans les factures d’énergie.  À noter également qu’ 1,6 millions de foyers seraient concernés par l’indicateur du froid ressenti (IFR). 

Les raisons de ces sensations de froid (ou de chaud lors d’épisodes de canicule) au sein de son logement sont variées : 

  • installation de chauffage insuffisante
  • panne durable de l’installation
  • raisons financières
  • mauvaise isolation 
  • coupure du fournisseur en raison d’impayé(s) 

En moyenne, les 20% les plus pauvres de la population française consacrent à leurs factures de chauffage un budget 2,5 fois plus élevé que leurs concitoyens les plus riches. C’est une double peine, liée à l’inconfort de logement mal isolés, non ou mal rénovés voire insalubres dans les cas les plus extrêmes. 

 🤔 Vous hésitez à vous engager dans la rénovation énergétique de votre logement ?

Découvrez les 10 questions à se poser avant de se lancer !

Bien cibler les causes, un premier remède efficace ? 

Ainsi, le constat est sans appel : la précarité énergétique touche aujourd’hui en moyenne 2 français sur 10. Mais quelles sont les causes réelles et profondes et leurs conséquences ? 

 

Quelles sont les causes de la précarité énergétique ? 

Ce n’est un secret pour personne, les premières réglementations thermiques pour les logements datent de 1975. Avant, c’est le néant :  pas ou très peu d’isolation, du simple vitrage, des matériaux peu efficaces thermiquement, pas de ventilation, chauffage au fioul polluant etc…

Un chauffage peu performant et une mauvaise isolation des menuiseries augmentent considérablement les factures de chauffage

Ce sont  4,5 millions de passoires thermiques en France (selon le ministère en charge du logement), qui sont habitées par des foyers modestes ou très modestes. Pour la plupart locataires de leur logement (par manque de moyens financiers), ils subissent une mauvaise isolation en été et voient leurs factures de chauffage exploser dès les premiers froids sans moyen de pression sur leur propriétaire pour engager des travaux énergétiques. 

Pour les propriétaires aux revenus modestes ou très modestes, engager des travaux de rénovation énergétique peut tout simplement s’avérer impossible par manque d’information ou par manque de moyens financiers. Ils ne peuvent que subir cette précarité énergétique. Et ces phénomènes sont malheureusement accentués par la hausse constante des tarifs du gaz et de l’électricité (+136% d’augmentation du tarif du gaz depuis 2005).

 

Des conséquences sociales et environnementales désastreuses

Les conséquences sociales et sur la santé de la population exposée à la précarité énergétique sont malheureusement trop nombreuses :

  • difficultés de paiement des factures de chauffage (qui peuvent entraîner des restrictions volontaires ou subies et du stress), 
  • des problèmes de santé liés à une mauvaise ventilation (asthme, allergies…) et/ou au froid (maladies hivernales ponctuelles ou plus longues), 
  • un isolement social par peur de recevoir des amis ou de la famille dans un logement peu accueillant et froid

À cela viennent s’ajouter des conséquences environnementales pour la planète : les passoires énergétiques (entre 6 et 7 millions de logements selon la Fnaim) brûlent à elles seules 10% de la consommation de chauffage du parc bâti français chaque année. Ce gaspillage participe activement à la hausse des émissions de gaz à effet de serre et au réchauffement climatique, alors que la loi SNBC de 2015 stipule très clairement que la neutralité carbone du parc bâti français doit être atteinte d’ici 2050.

les passoires énergétiques gaspillent de l’énergie et polluent grandement l’atmosphère

Quelles sont les solutions pour lutter contre la précarité énergétique ?

Avec la mise en place du chèque énergie pour un montant moyen de 150€, et les nombreuses aides à rénovation énergétique des logements (2 milliards d’euros en 2021), l’État montre patte blanche et fournit des efforts financiers conséquents. Mais est-ce suffisant ? 

 

Des aides financières insuffisantes et mal fléchées 

Conscient de l’enjeu que représente la précarité énergétique, l’État a mis en place plusieurs aides financières pour tenter de limiter les dégâts. Malgré leur succès, les aides à la rénovation énergétique (MaPrimeRenov’, CEE…) ne sont ni suffisantes ni véritablement efficaces. Un rapport de 2021 de l’Ademe (co-rédigé par Dorémi et Enertech) pointe du doigt la rénovation par petits bouts de travaux  et acte que seule la rénovation performante (atteinte de 80 kWh/m2/an et niveau BBC compatible) est réellement efficace. Or, les aides à la rénovation énergétique encouragent ces petits bouts de travaux (changement des fenêtres, puis du système de chauffage, puis isolation des murs ou des combles…) car ils sont plus avantageux financièrement. 

 

💡Vous vous demandez ce qu’est la rénovation performante selon Dorémi ? 💡

Rendez-vous sur notre page dédiée pour en savoir plus !

 

Comment lutter efficacement contre la précarité énergétique ?

Il existe une solution concrète à la précarité énergétique qui permet de réduire jusqu’à 90% ses consommations de chauffage  : la rénovation performante Dorémi. Le concept ? Rénover les 6 postes de travaux liés à l’enveloppe de la maison (murs, toiture, sols, menuiseries, système de chauffage et de ventilation). Traiter ces postes de travaux permettra d’atteindre le niveau BBC consommation, à savoir une étiquette de performance A ou B (au lieu de E, F voire G pour certains logements). 

Les bénéfices pour le logement et ses occupants sont multiples et appréciés dès la fin des travaux : 

  • un logement sain, agréable thermiquement et acoustiquement été comme hiver,
  • une qualité de l’air optimale grâce à une bonne ventilation double-flux,
  • une plue-value sur le logement grâce à une revalorisation immobilière, 
  •  un gain de pouvoir d’achat dès la fin des travaux grâce aux économies réalisées  sur les factures de chauffage
image extraite d’une vidéo expliquant comment fonctionne la rénovation performante

Une  journée nationale de lutte décrétée le 24 novembre 2022

C’est pour toutes ces raisons que Dorémi lutte aux côtés de la fondation Abbé Pierre depuis 2021 et participe à la seconde édition de la Journée contre la précarité énergétique qui se déroulera le 24 novembre prochain. 

Dorémi, main dans la main avec les différents acteurs impliqués dans la prévention de la précarité énergétique (ONPE, Habitat et Humanisme, Soliha, Rénovons Collectif…),  de la lutte contre l’exclusion (Stop Exclusion Énergétique, Territoire d’Énergie, Énergie Solidaire…) et du réchauffement climatique (Greenpeace, Institut négaWatt, Réseau Action Climat…) sera mobilisé à travers des évènements organisés en local lors de cette grande journée de sensibilisation en faveur de la rénovation énergétique et de la lutte contre la précarité énergétique. Parce que Dorémi pense qu’il est tout simplement indigne d’avoir froid chez soi.

visuel du save the date de la campagne de la fondation abbé pierre contre la précarité énergétique

À cette prise de conscience que la précarité énergétique en France est une réalité et qu’elle touche de plein fouet des millions de personnes, s’ajoute un contexte géopolitique instable en Europe. Ce contexte favorise la flambée du prix du gaz et de l’électricité et fragilise donc encore un peu plus chaque jour les foyers les plus précaires. À l’urgence sociale vient se superposer l’urgence climatique qui nous invite dès aujourd’hui à réduire drastiquement et durablement nos émissions de gaz à effet de serre. 

L’ESS Dorémi est donc plus que jamais mobilisée, et ce depuis de nombreuses années, dans cette lutte pour plus d’égalité aux côtés de la Fondation Abbé Pierre et de ses partenaires. Une chose est certaine : la rénovation performante des maisons individuelles est une solution concrète à la lutte contre la précarité énergétique et Dorémi met tout en œuvre pour la rendre accessible à tous.

 

 

Dorémi vous accompagne dans la rénovation performante de votre maison. 

Contacter un expert


Articles Similaires