24 mai 2022

Comment réussir une rénovation par étapes performante ?

Réussir une rénovation par étapes performante avec Dorémi

Une rénovation complète et performante est la meilleure solution pour rénover son logement. Elle garantit une division par 4 à 8 des factures et le confort pour l’occupant, été comme hiver. C’est l’essence même du dispositif Dorémi depuis sa création.

Cependant, des propriétaires ne peuvent pas toujours s’engager dans ce type de rénovations. Les raisons sont très variables, mais un poste de travaux nécessite parfois d’être reporté à l’année suivante ou au-delà. Partant de ce constat, Dorémi travaille depuis plusieurs années sur les risques et les conditions de réussite d’une rénovation par étapes performante pour éviter que les particuliers ne se tournent vers la rénovation par geste. Voici les informations clé !

Dans quels cas peut-on envisager une rénovation par étapes ?

Une rénovation par étapes doit être une rénovation performante. Un poste de travaux peut être reporté sous condition, mais le projet doit garantir le confort des occupants, leur santé et la pérennité du bâti.

Définition d’une rénovation performante Dorémi

En rénovation par étapes, il n’existe pas de règle technique simple…

Chaque maison est différente et les solutions techniques retenues le sont également : y a-t-il un débord de toiture en queue de vache ou des génoises ? Les fenêtres sont-elles placées en applique intérieure ou en tunnel ? Sarking ou isolation des rampants ?... La difficulté de traitement de l’interface entre le poste traité maintenant et le poste reporté dépend de ces réponses. Il n’est donc pas possible de lister simplement les lots reportables pour une rénovation par étapes.

De plus, le niveau de difficulté n’est pas le seul critère pour accepter ou non le report d’un poste : les souhaits du ménage et la réalité du terrain s’ajoutent à l’équation.

Prendre en compte le coût des travaux

Dans certains projets, les aides financières permettent de couvrir une bonne partie du montant des travaux et permettent de déclencher le chantier. Mais pour d’autres, le montant total des devis dépasse le budget du propriétaire. Une rénovation par étapes peut alors être envisagée après avoir exploré toutes les pistes de financement.

Par exemple, dans le cas de la rénovation d’une toiture avec isolation par l’extérieur (sarking), le poste toiture peut atteindre 20% à 30%  du coût total des travaux et dépasser le budget du propriétaire. Ce poste pourra être reporté et rénové lorsque le ménage aura obtenu d’autres sources de financement.

Mais attention, dans certains cas, les aides mobilisables pour une rénovation par étapes sont moindres que pour une rénovation complète et performante. Un plan de financement des deux solutions sera nécessaire pour comparer les projets. Le réseau France Rénov’ pourra aider les particuliers dans cette démarche.

 

Vous souhaitez contacter les référents techniques de Dorémi ? C'est par ici !

Accompagner au mieux des propriétaires dans leur rénovation par étapes

Fenêtre ou chaudière récentes, isolation à 1€ des combles… Les propriétaires ont parfois déjà réalisé des travaux. Dans certains cas, la rénovation énergétique déjà faite peut être compatible avec le référentiel de la rénovation performante. Mais, plus généralement, les solutions en place ne peuvent pas être conservées, car elles pourraient réduire fortement l’atteinte de la performante (fenêtres non étanches à l’air, chaudière surpuissante, résistance thermique insuffisante …) sans parler des malfaçons. Mais malgré les arguments techniques, les propriétaires ne sont pas toujours prêts à défaire ce qui a été fait, ce qui se comprend. Dans ce cas, une rénovation par étapes peut être proposée : le poste de travaux récemment rénové sera amélioré dans quelques années.

Des travaux d’embellissement peuvent également limiter les projets de rénovation complète et performante. Un propriétaire pourrait exclure tout projet d’isolation des murs alors qu’il vient de repeindre tout le salon.

Dans tous les cas, reporter un poste de travaux à plus tard n’est pas anodin pour le particulier, qui va vivre une 2ème fois dans la poussière du chantier, payer plus cher la reprise des interfaces… Pour aider les professionnels du bâtiment et sensibiliser les particuliers aux risques en rénovation par étapes, Dorémi et Enertech ont vulgarisé les messages dans un guide diffusé par l’ADEME. À utiliser sans modération !

Apparition de moisissure sur le cadre bois d’une fenêtre non remplacée lors d’une isolation des murs par l’intérieur avec impossibilité d’isoler les retours en tableau.
Source : ADEME - Travaux par étapes : les points de vigilance

Pourquoi la rénovation par étapes est-elle complexe ?

Lorsque des artisans travaillent sur un projet de rénovation complète et performante, ils travaillent ensemble les solutions techniques qui permettront d’assurer la continuité de l’isolation et de l’étanchéité à l’air pendant le chantier. Pour une rénovation par étapes, comment assurer cette qualité en reportant un poste de travaux ?

Les conditions de réussite d’une rénovation par étapes 

Pour réussir une rénovation par étapes et atteindre la performance à terme plusieurs règles sont à respecter :

 1 - Avoir une vision globale du projet

Une rénovation par étapes ne dispense pas de la réalisation d’un état des lieux architectural et technique par une équipe d’artisans qui va proposer des devis pour les 6 postes de travaux. Il est indispensable de définir la solution technique qui sera traitée ultérieurement (résistance thermique, mode de pose…) dès la première étape, comme lors d’une rénovation complète et performante.

Les 6 postes de travaux d’une rénovation performante

Le traitement de l’interface et des interactions avec les autres postes de travaux de la première étape doivent également être pensés au moment des devis. Comment raccorder ultérieurement l’isolant intérieur des murs à celui des rampants (étape 2) ? Comment traiter le remplacement de mon réseau de chauffage cheminant au plafond du garage lorsqu’une isolation du plancher bas est prévue plus tard ..?

 2 - Reporter un seul poste de travaux 

Le rapport publié par l’ADEME en 2021 met en avant l’augmentation des consommations d’énergie lorsque plusieurs postes sont reportés. Par exemple, pour un même logement, reporter un poste de travaux peut augmenter la consommation annuelle de 7%, mais respecter l’objectif Bâtiment Basse Consommation (BBC) à terme. Par contre, dès que 3 étapes de travaux ou plus sont envisagées, les consommations augmentent de 30% (2 postes reportés) à 60% (6 postes réalisés en 6 fois).

Ces sur-consommations sont liées à l’impossibilité d’assurer la continuité de l’isolation de l’étanchéité à l’air. Dans des projets visant la performance, ces points doivent être particulièrement soignés.

 3 - Bien ventiler

Dans un projet de rénovation performante, si les murs sont les seuls postes non traités, ils seront les points froids du logement et sujets à condensation de l’air intérieur. Une bonne ventilation ne remplace pas l’isolation d’une paroi, mais limitera l’apparition de pathologie. Elle devra donc être prévue dès la première étape. Une bonne ventilation est une ventilation qui assure une bonne qualité d’air intérieur (0,6 vol/h) dans toutes les pièces du logement (bon balayage) tout en limitant les consommations d’énergie (échangeur de chaleur).

Quelques exemples de rénovations par étapes!

Le traitement des interfaces peut être corrigé en 2e étape dans certains cas, elle doit être anticipée dans d’autres et dans certaines configurations, les 2 postes doivent être réalisés en même temps. Voici 3 exemples pour illustrer tout ça.

Isolation des combles perdus avant isolation des murs par l’extérieur (ITE)

Voici l’exemple de combles perdus isolés en vrac, sur faux-plafond. Des déflecteurs sont posés pour écarter l’isolant de la couverture et éviter ainsi tout risque de condensation. Le nez de mur n’est donc pas isolé ici, ce n’est pas l’objectif de cette première action.

Si, plus tard, une isolation du mur est réalisée par l’intérieur, les 2 isolants pourront être raccordés. Ce n’est pas le cas en isolation par l’extérieur : l’isolant du mur s’arrêtera sous le débord de toit, et une discontinuité de l’isolant provoquera potentiellement l’apparition de moisissures en plafond du logement (point froid avec condensation de vapeur d’eau accentuée par une mauvaise ventilation du logement).

Illustration combles ITE
Source : Dorémi - Enertech
Photo combles ITE

Une solution corrective existe : il “suffit” de compléter l’isolation en bas de pente (dépose de tuiles et liteaux, isolation, déflecteur sous couverture, repose de couverture, …). Mais qui s’en préoccupera (avant apparition de moisissures) ? Quelle entreprise va s’en charger ? Quel est le surcoût de cette intervention ?

Dans ce cas, l’interface aurait pu être anticipée avec une vision globale du projet de rénovation par étapes. Mais toutes les interfaces ne peuvent pas être corrigées en étape 2 !

Remplacement des menuiseries avant isolation des murs par l’extérieur (ITE)

Dans ce deuxième cas, les menuiseries sont remplacées avec pose d’un volet roulant. Elles sont posées en applique intérieure, certainement comme l’état existant. La solution future d’isolation des murs n’a pas été anticipée à cette étape, ce qui est souvent le cas, car les particuliers changent leurs menuiseries pour des raisons tant esthétiques qu’énergétiques.

Plus tard, l’isolation des murs par l’extérieur est réalisée. L’entreprise ne peut pas déposer les rails du volet roulant sans changer la totalité de cette occultation : il arrête donc l’isolant contre le rail et une partie du tableau de menuiserie n’est pas isolée. De plus, cet isolant sera de faible épaisseur. Il se passe la même chose au niveau de l’appui de fenêtre : isolation faible ou impossible. Toute la périphérie de la fenêtre forme alors un point froid avec un fort risque de condensation côté intérieur.

Men ITE
Source : Dorémi - Enertech

Dans ce cas, la seule solution permettant d’éviter une pathologie nécessite la dépose du volet roulant et de la menuiserie et leur remplacement avec une solution adaptée à l’ITE. Idéalement, la menuiserie sera placée au nu extérieur de la maçonnerie, ce qui nécessite beaucoup de modifications pour l’occupant qui risque d’abandonner son projet d’isolation. C’est ce qu’on appelle les impasses de rénovation : ici, la pose de menuiserie limite fortement l’isolation des murs.

Certains postes nécessitent d’être mis en œuvre dans une même étape pour assurer la continuité de l’isolation et de l’étanchéité à l’air. Avoir une vision globale du projet de rénovation est indispensable pour déterminer les postes pouvant ou non être reportés sans compromettre l’atteinte de la performance.

Remplacement du chauffage avant isolation du logement

La production de chauffage est souvent remplacée au moment d’une panne en plein hiver… La solution de remplacement est souvent identique à l’initiale (même puissance). C’est pourtant à ce moment-là qu'une vision globale du logement devrait être embarquée : quelles sont les parois à isoler pour réduire la puissance de chauffage ? Quel est le projet du propriétaire ..?

Lorsque des travaux sur l’enveloppe du logement et la ventilation seront engagés plus tard, plusieurs points bloquants pourraient apparaître :

  • Le système de chauffage ne sera pas adapté (puissance minimale, modulation). Cela va générer une dégradation prématurée de l’équipement (augmentation du nombre d’allumages notamment).
  • Dans le cas d’un système non-étanche conservé (poêle à bois, chaudière gaz murale), une entrée d’air dédiée devra être prévue dans le local où se situe l’équipement pour assurer une bonne combustion. Cela va générer des courants d’air parasites. Dans le cas contraire, il y a un fort risque de dégagement de fumées et de monoxyde de carbone dans le logement.

Une chaudière modulante pourrait être prévue à son remplacement (en urgence) pour être compatible avec la puissance actuelle du logement et la puissance en fin de parcours de rénovation. Ce n’est pas possible avec les PAC du marché actuel (plages de modulations trop faibles pour couvrir les 2 phases).

La rénovation par étapes doit être envisagée comme une rénovation complète : viser la performance à terme en définissant les solutions de rénovation et les interfaces entre postes de travaux.

Si elle est possible, elle reste cependant plus complexe à mettre en œuvre et peut avoir un impact sur la motivation des occupants (2 phases de travaux, financement des travaux plus faible qu’en une étape, reprise des peintures refaites en étape 1…).

N’hésitez pas à faire appel aux référents techniques Dorémi !

Dorémi s’est associé à Enertech pour l’élaboration d’un guide publié par l’ADEME à destination du grand public. Les 70 fiches peuvent être utiles aux artisans lors d’une visite, pour inciter les particuliers à rénover performant et en une étape.

D’autres fiches plus techniques seront diffusées aux artisans membres du réseau Dorémi pour les accompagner dans des projets de rénovation par étapes visant la performance : chaque interface est détaillée pour assurer la continuité de l’isolant et de l’étanchéité à l’air même en reportant un poste.

 

Envie de vous former à la rénovation performante ?

S'inscrire en formation Dorémi


Articles Similaires