Isolation du sol (ou plancher) : une solution pour ne plus avoir froid !

Marcher sur un sol froid est si désagréable au quotidien ! L’isolation du sol est un poste très important dans la rénovation d’une maison et parfois très technique ! Découvrez tous nos conseils et astuces.

img-Isolation du sol (ou plancher) : une solution pour ne plus avoir froid !

Rénovons performant

 

Contrairement à ce qu’on entend parfois, le sol n’est pas une barrière contre le froid. Ce n’est pas parce que « la chaleur monte » qu’il est inutile d’isoler le plancher bas. Au contraire, l’isolation du sol est un enjeu important pour le confort quotidien. dans une maison rénovée avec une très bonne isolation des murs, toiture et fenêtres, un plancher bas non isolé représenterait entre un tiers et la moitié des déperditions de chaleur restantes !

L’isolation du sol est parfois complexe en fonction de plusieurs paramètres : votre sol donne sur un terre-plein ou un vide-sanitaire accessible ou non, ou encore un garage ; il vous est difficilement acceptable de réduire les hauteurs sous plafond, vous vivez dans la maison, vous tenez trop à votre revêtement de sol, etc.

Bref, vous allez y voir plus clair.

Isolation du sol en surface

Les techniques et matériaux utilisés pour isoler en surface

Pour l’isolation du sol en surface, il existe plusieurs techniques. La plus courante est de mettre à même le sol des panneaux d’isolant dense, installés les uns contre les autres et découpés en périphérie de la pièce en fonction de la surface à isoler. Une fois l’isolant posé, il faudra couler une chape (ciment ou anhydrite) ou poser une chape sèche (panneaux de plâtre renforcé par exemple) puis choisir votre revêtement (carrelage, parquet…).

Le polystyrène (expansé ou extrudé) est un isolant souvent utilisé dans cette configuration. Mais il est loin d’être un produit écologique car il s’agit d’un produit plastique. Il en est de même pour le polyuréthane, également couramment utilisé. Ceci dit, le polyuréthane a l’avantage d’avoir le meilleur rapport épaisseur/performance. 

Il existe aussi des panneaux de matériaux biosourcés, plus écologiques, en liège ou fibre de bois par exemple. Le liège est un produit naturel qui provient du chêne liège. Il est réputé pour ses performances acoustiques élevées, son inertie thermique importante, sa résistance aux grandes variations de température et son imputrescibilité. Des panneaux de fibre de bois dense adaptés à l’isolation du sol existent également sur le marché. Légèrement plus performante thermiquement que le liège,  la fibre de bois supportera par contre difficilement un dégât des eaux. Les biosourcés sont généralement plus chers que polystyrène et polyuréthane et demandent une épaisseur plus importante. 

Le polyuréthane peut être utilisé aussi de façon projetée : sa forme initiale est liquide et se solidifie en quelques minutes sous forme de mousse. Les artisans qui posent ce type de produit portent des masques à gaz pour se protéger. Mieux vaut ne pas habiter dans la maison à ce moment-là !

Enfin, il est également possible de réaliser un sur-plancher isolant en insérant un isolant souple ou en vrac entre des lambourdes en bois recouvertes d’un parquet à clouer ou d’un panneau de bois, support du revêtement que vous voulez.

Avantages et inconvénients d’une isolation du sol en surface

Choisir l’isolation du sol en surface est l’occasion de changer de revêtement ! Si vous êtes en rénovation et que vous n’habitez pas dans la maison en question, alors, c’est l’occasion de feuilleter l’ensemble des magazines de déco pour choisir le revêtement qui conviendra à l’esprit de votre maison ! 

Si votre maison est sur un terre-plein, vous n’aurez que peu de choix que de réaliser l’isolation du sol en surface. 

Les inconvénients sont plus lourds : vous perdez automatiquement de la hauteur sous plafond. Si votre plafond est bas, il faudra choisir un matériau fin avec une grande résistance thermique. Pour vous donner un ordre d’idée, 7 cm de polyuréthane équivalent à 13 cm de liège.

Enfin, si l’isolation de votre sol peut générer un rehaussement de 10/15 cm en moyenne (isolant + chape + revêtement), cela peut devenir problématique. Il faudra peut-être couper vos portes et remonter vos fenêtres pour des questions de sécurité…

Points de vigilance à l’isolation du sol avant le chauffage et les menuiseries

#Fiche 67 : Plancher chauffant

Si vous décidez d’installer un plancher chauffant, il devra être posé sur un isolant suffisamment performant pour ne pas générer des pertes de chaleur et donc une surconsommation pour atteindre la température souhaitée. Il sera ensuite impossible de venir compenser une isolation du sol insuffisante côté logement.

#Fiche 69 : Poêle à bois

Si vous avez installé un poêle avant d’isoler votre sol par dessus, il sera nécessaire de déplacer le poêle pour assurer la continuité de l’isolant, et donc de reprendre les conduits (prise d’air et fumées). Cela va générer des surcoûts.

#Fiche 65 : Chauffage

Avant l’isolation du sol, il est nécessaire de savoir où seront positionnés les systèmes de production de chaleur. Si la production de chaleur existante est posée sur la dalle à isoler (chaudière au sol, pompe à chaleur, ballon d’eau chaude sanitaire), l’isolation du sol sera arrêtée autour des équipements non déplaçables. Cela va générer un point froid et un risque de chute à proximité des équipements. Lorsque les équipements seront remplacés, l’isolation pourra être prolongée avec une 2e intervention de l’entreprise d’isolation. Cela va générer un surcoût. Si de nouveaux équipements sont positionnés sur le plancher bas après isolation, il sera nécessaire de modifier l’isolant pour qu’il résiste à une forte charge et donc reprendre la finition du sol. Cela va générer des surcoûts et une augmentation des délais d’exécution.

#Fiche 60 : Menuiseries

Réaliser l’isolation du sol en surface va réhausser de 10/15 cm votre plancher. Cela risque de poser des problèmes de hauteur de seuil et d’ouverture, il sera nécessaire de :

- Soit remplacer à nouveau les grandes menuiseries (portes, portes-fenêtres et baies vitrées) : cela va générer un surcoût et un allongement des délais d’exécution ;

- Soit créer des différences de niveau du sol à proximité des grandes menuiseries : cela va générer une mauvaise qualité d’usage.

Par ailleurs, les hauteurs d’allège (hauteur sous les fenêtres) seront réduites et peuvent présenter un risque de basculement. Il est important d’assurer une hauteur de 0,9 m d’allège pour chaque menuiserie ou d’ajouter un garde-corps. Cela va générer des surcoûts pour les reprises.

Isoler son sol en sous-face

Les techniques et matériaux utilisés pour isoler le sol en sous-face

L’isolation du sol peut se réaliser par dessous si la sous-face du plancher est accessible en passant par un espace tel qu’un sous-sol, un garage, une cave ou par un vide-sanitaire suffisamment haut… Les isolants les plus courants seront les mêmes que pour une isolation en surface : des panneaux de polyuréthane, de liège, de polystyrène, mais s'ajoutent également les panneaux de laine de verre ou laine de roche, et tous, cette fois, seront collés, voire chevillés, sous le plancher. 

Si la pièce sous le plancher à isoler est utilisable, il est également possible de créer un faux-plafond en plaque de plâtre sur ossature qui supportera et masquera tout type d’isolant souple. 

La projection d’un isolant en sous-face peut également être envisageable avec le flocage d’une laine minérale ou le polyuréthane projeté. Attention toutefois avec le polyuréthane s’il est projeté au plafond d’un garage ou d’un atelier En effet, une  mauvaise manipulation de bricolage avec des outils produisant flamme ou étincelles pourrait très facilement enflammer ce produit qui fonderait alors en gouttes incandescentes qui pourraient elles-mêmes propager le feu en tombant sur  des matériaux inflammables. Le risque d’incendie est accru. Mieux vaut abandonner l’idée du polyuréthane projeté. 

Mais quelque soit la technique ou le matériau choisi pour l'isolation en sous-face, la difficulté sera évidemment de gérer l’isolation des gaines et des réseaux !

La difficulté d’isoler les gaines et les réseaux

La difficulté d’isoler le sol en sous-face est de gérer les gaines et les réseaux (de chauffage par exemple) qui sont fixés sur le plafond d’un sous-sol. 

Écueil régulier de l'isolation du sol à 1€, de nombreuses malfaçons et contre-références existent sur le marché de l’isolation :  Il n’est pas rare de constater que les travaux d’isolation du sol en sous-face sont réalisés de manière partielle ;  les isolants sont parfois découpés de manière grossière pour encadrer les gaines et réseaux : l’isolation n’est plus continue ! Des ponts thermiques apparaissent à ce moment-là.

Chez Dorémi, pour garantir la performance de l’isolation, s’il n’est pas possible d’encapsuler les gaines et les réseaux dans l’isolant, alors ils sont déplacés pour faire passer l’isolant  et assurer sa continuité. Autrement, à quoi bon ?

Les précautions à prendre lors de l'isolation d’un plancher bois

Si vous isolez votre plancher en bois en sous-face, alors il sera extrêmement important de traiter la migration de vapeur d’eau.  Les artisans devront être vigilants à ne pas bloquer la migration de la vapeur d’eau. Pourquoi ? De la condensation entre le plancher et l’isolant peut apparaître et endommager le plancher bois. Il est recommandé de mettre un frein vapeur - raccordé aux murs - sous le plancher avant de poser l’isolant. Là aussi, de nombreuses malfaçons ont été remarquées dans le cas d’isolation du sol à 1 euro. La pose du frein vapeur est rarement une pratique commune dans ce cas. À vous d’être vigilant !

Isolation du sol en périphérie

Creuser autour de la maison pour enterrer l'isolant

Parfois, l’isolation du sol en surface n’est pas réalisable pour diverses raisons (hauteur de plafond trop basse, coût etc) ; de même que  l’isolation du sol en sous-face dans le cas où la maison est construite sur terre-plein.

Il existe une troisième solution pour au moins limiter les ponts thermiques de la dalle : l’isolation périphérique ! S’il n’est pas possible d’isoler le plancher sur toute sa surface horizontale, on va au moins chercher à couper les transferts de froid entre l’extérieur (air et couche superficielle du sol) et le pourtour de la dalle. Cette technique consiste à poser un isolant  contre l’extérieur des murs en l’enterrant en partie dans le sol si besoin. Il faudra alors parfois creuser tout autour de la maison pour pouvoir poser un isolant de 50 à 60 cm de hauteur sous le niveau de la dalle. 

L’idéal est d’embarquer une isolation par l’extérieur pour assurer la continuité de l’isolation.

Autre alternative : créer des trottoirs isolants

Dans le référentiel Dorémi, il est également possible de créer des trottoirs isolants si l’isolation périphérique est complexe à mettre en œuvre. Tout autour de la maison, sur un mètre de largeur environ, est créé un trottoir en coulant une petite chape au-dessus d’un isolant à plat et à l’horizontal. Cette technique a aussi l’avantage de couper le pont thermique.

Le choix d’un isolant adapté

Choisir de faire une isolation en périphérie demande d’utiliser un matériau adapté à l’humidité. Oubliez la fibre de bois qui n’est pas une bonne option dans ce cas là. Du verre cellulaire, du liège, du polystyrène sont des matériaux plus adaptés. 

Si une isolation des murs par l’extérieur est réalisée, il est possible de choisir deux matériaux différents. Exemple : de la fibre de bois pourrait être utilisée pour isoler les murs, puis à 15/20 cm du sol, du polystyrène pourra être choisi pour l'isolation du sol enterrée.

Quels sont les coûts et aides financières pour l'isolation du sol ?

 

Le coût d’une isolation du sol

Il est difficile de statuer sur le coût d’une isolation du sol. Les prix varient en fonction de la technique utilisée et du matériau choisi. 

Comptez généralement de 30 à 80 euros par m2 pour les techniques les plus courantes. Si vous souhaitez passer à l'action mais n'avez aucune idée du coût, contactez un expert Dorémi qui se déplacera pour faire un état des lieux gratuit de votre maison.

Les aides spécifiques à l’isolation du sol

Si vous êtes propriétaire de votre maison ou futur propriétaire, sachez que vous pouvez bénéficier d’aides financières pour réaliser vos travaux de rénovation.

Dans la librairie de l’ADEME, retrouvez le guide des aides existantes pour la France métropolitaine, leurs conditions d'attribution, les cumuls possibles et les matériels éligibles pour 2022.

les aides pour changer ses fenêtres _ une femme rempli sa tirelire

Parmi les aides disponibles, vous pouvez demander :

  • Des aides pour les ménages modestes et très modestes,
  • Les certificats d’économies d'énergie (jusqu’au 30 juin 2022)  : attention ! Les CEE allouées à l’isolation du sol ne concernent uniquement l’isolation donnant sur un volume non-chauffé. Si votre maison est sur un vide sanitaire, il n’y aura pas de CEE pour ces travaux d’isolation du sol,
  • La prime "Coup de pouce chauffage et/ou isolation", disponible pour tous, quelque soit le niveau de revenu,
  • Des aides locales : pour les connaître, vous devez vous rapprocher de votre collectivité.

Attention ! Il n’existe pas d’aides de Ma Prime Rénov’ pour l’isolation du sol.

 

Réalisons ensemble votre plan de financement

Choisir la rénovation complète et performante

Lorsqu’on veut isoler son sol, tout en gagnant en confort, en économie et en charge mentale, il n’y a pas de milliers de solutions : la plus efficace est de rénover en une seule fois ! C’est la rénovation complète et performante.

Découvrir la rénovation performante

La rénovation performante se réalise autour de 6 postes de travaux :

Les 6 postes de travaux de rénovation performante

 

La rénovation performante présente de nombreux avantages :

  • Une division par 4 à 8 de sa facture de chauffage.
  • Une maison qui se revend plus cher sur le marché de l’immobilier.
  • Une maison saine grâce à une ventilation de qualité et l’absence de toute dégradation (moisissures, condensation…).
  • Une maison confortable : même chauffée à 19 degrés, vous avez chaud en hiver, vous êtes au frais en période de canicule.
  • Une maison écologique : votre maison émet moins de gaz à effet de serre car vous consommez beaucoup moins de chauffage !

 

Pour en savoir plus sur la rénovation performante, retrouvez toutes les informations à connaître dans notre vidéo explicative :

Veuillez accepter les cookies de YouTube pour lire cette vidéo. En acceptant, vous accéderez au contenu de YouTube, un service fourni par un tiers externe.

Voir la politique de confidentialité de Youtube

Si vous acceptez ces cookies, votre choix sera enregistré et la vidéo se chargera.

Accepter le contenu de YouTube

Contactez-nous